Images mouvementées

Forum pour rêveurs fans de cinéma...
 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 EVA (Kike Maillo - 2011)

Aller en bas 
AuteurMessage
Anorya
Effraie les filles since 1983.
Effraie les filles since 1983.
avatar

Nombre de messages : 9077
Age : 35
Localisation : Into the french capitale-euh !
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: EVA (Kike Maillo - 2011)   Jeu 5 Avr - 10:53



2041, Alex, un ingénieur de renom, est rappelé par la Faculté de Robotique, après dix ans d’absence, pour créer le premier robot libre : un enfant androïde. Il retrouve alors Lana, son amour de jeunesse, et son frère David, qui ont refait leur vie ensemble. Et il va surtout faire la connaissance d’Eva, sa nièce, une petite fille étonnante et charismatique. Entre Eva et Alex se crée une relation particulière, et ce dernier décide alors, contre l'avis de sa mère Lana, de prendre Eva pour modèle de son futur androïde…




Revisiter le drame intimiste sous l'égide du conte de fée et de la science-fiction, c'est un pari que s'est fait Kike Maillo pour son premier film.
Et au vu du résultat, c'est assez réussi. Le réalisateur à l'intelligence de créer un monde-rétro futuriste presque isolé et campagnard où les élements propres à la SF (ici la robotique) est devenue monnaie courante, sans jamais trop en montrer (des robots, par-ci, par là... A noter le robocat, adorable). D'autant plus que ces robots sont assez basiques et donc plus rapprochés de notre époque que d'un très lointain futur. La simplicité du film tient dès lors à la fois dans cette espèce d'épure stylisée du futur (à noter que l'interface à la Minority Report que manipule le savant, Alex (Daniel Brühl sobre mais bon) s'avère un mélange entre le végétal et les cristaux liquides qui prennent des circonvolutions solidifiées qui les rapprochent du verre. Un travail de toute beauté) comme les peintures des sentiments humains et des relations entre les différents protagonistes qui vont se dessiner.




Ces relations, complexes, sont tracées à l'image du film, avec une certaine sensibilité. Elles sont essentielles pour apprécier le film et tout ce qu'il livre, sorte de petit frère espagnol de A.I (en plus soft, moins dur et plus court néanmoins).
Il y a d'abord Alex qui revient dans un endroit qu'il avait appris à oublier et retombe amoureux de la femme qu'il avait aimée, laquelle vit maintenant avec son frère. Il y a le fait que tous trois sont des génies de la robotique à leur niveau. Il y a le fait qu'Alex travaille sur un nouvel androïde qui, cette fois, devrait être capable de parfaitement reproduire les sentiments et réflexions humaines quite à, par délà l'enveloppe physique, devenir donc humain (qu'on se rappelle le "je pense, donc je suis" qui trouve écho dans les cultissimes Blade Runner et Ghost in the shell). Il y a le fait que pour cela, il lui faut un modèle, donc un ou une enfant déjà assez introvertie, riche dans sa palette d'expressions, bref un être unique et suffisamment décalé pour exprimer cette richesse de l'âme humaine à travers l'enfance. Il y a Eva, cette gamine qu'il va trouver et l'intriguer. Eva qui est la fille de la femme qu'il aime à nouveau et que le frangin ne voit pas d'un bon oeil au final. Des jeux de rivalités, d'intrigues, d'amour tissent la fine toile d'Eva.




Ceux qui l'ont vu pourront sans doute trouver la trame d'Eva trop simple ou bien avoir deviné une partie du "twist" à l'avance ("twist" ou plutôt "révélations" --ça ne tombe pas comme un coup de théâtre, le film nous ayant plus ou moins préparé lentement à ça, je pense au prologue-- qui se rapproche de l'épisode Valerie 23 d' Au délà du réel, l'aventure continue, maintenant que j'y pense. Voire du Philip.K.dick dans l'idée.), il n'empêche que le film choisit même après cela de continuer dans une voie qui lui est propre (d'ailleurs ça ne gâche nullement le film), humaine, terriblement bien humaine, livrant une image finale bouleversante qui justifie le comportement d'Eva et certaines répliques qu'elle donne à Alex...
Spoiler:
 

A la vision de cette fin si simple, on comprend. Encore un grand petit film, vraie perle de SF à aller voir avant qu'elle ne disparaisse des écrans.
Et moi je veux un robot-chat. Embarassed


5/6.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anorya.deviantart.com/
 
EVA (Kike Maillo - 2011)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calendrier CAEA 2011
» 2011 - CamaC4 : AK bâchée ELIGOR - Code 1 - Décoration CAMAC
» Championnat du Monde de 2011 f3k
» [Topic Unique] Lyon 6, 7, 8, 9 & 10 Avril 2011
» La V-F Pyrana Sens 2011 et V-F2 du 19-02-10 + F-V bis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Images mouvementées :: Le Cinéma du forum !-
Sauter vers: