Images mouvementées

Forum pour rêveurs fans de cinéma...
 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lysander
Dragonchat pourpre.
Dragonchat pourpre.
avatar

Nombre de messages : 1621
Age : 101
Localisation : Surement dans une salle de ciné ou pas loin, et sur twitter aussi => http://twitter.com/dJpJl
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)   Mer 25 Aoû - 7:32

Je reprend la news de Catsuka (http://www.catsuka.com/news_detail.php?id=1282679397

Catsuka a écrit:
En postant ce midi la MAD de Paprika, j'étais loin de me douter que Satoshi Kon venait de nous quitter ...

Satoshi Kon est décédé aujourd'hui au Japon.

Il n'avait que 47 ans ...

L'information provient du twitter de Yasuhiro Takeda (co-fondateur du studio Gainax), et ne sera probablement reprise que dans plusieurs heures par les médias japonais (étant donné le décalage horaire).

Je ne suis ni habitué ni à l'aise dans le relai de ce type d'information.

Je dirai juste que je ne me sens pas bien, car il était l'un des mes réalisateurs préférés. Sa disparition laisse en moi un grand vide, on ne verra plus jamais de nouveaux films de Satoshi Kon, si singuliers ...

Perfect Blue, Millenium Actress, Tokyo Godfathers, Paranoia Agent, Paprika ... autant de réalisations marquantes, et dès ses débuts.

Un homme de grand talent qui est parti bien trop tôt.

Un homme qui avait une vraie vision de l'animation, et de son milieu. On se souviendra notamment de la master-class qu'il avait tenue au Forum des Images il y a quelques années (visible sur Nolife Online), ou encore de son implication dans la défense de la situation des animateurs au Japon, via l'association Janica.

Prévenu hier soir par sms (j'ai pas vu qui me l'a envoyer), je n'y est pas crus tout d'abord et malheureusement cela c'est confirmer ....

Je suis assez triste car c'etai un auteur que j'aimais vraiment beaucoup, en plus 47 ans .....
En y repensant cela ne fait pas si longtemps qu'on l'avait vu a l'avant première de paprika en 2007 avec Mak ..

Franchement coup dur pour le monde du cinéma, et exaspérant que personne n'en parle .


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isha
Déjà acclimaté au sirop d'érable
Déjà acclimaté au sirop d'érable
avatar

Nombre de messages : 3966
Age : 30
Localisation : In Absentia.
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)   Mer 25 Aoû - 17:45

C'est moi qui ai envoyé le SMS et gâché votre soirée !

Sinon, R.I.P, tout ça... 47 ans, c'est vraiment naze, il avait encore de belles choses à montrer je suis sûr...

Neutral

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.last.fm/user/Schmillbick
Anorya
Effraie les filles since 1983.
Effraie les filles since 1983.
avatar

Nombre de messages : 9077
Age : 35
Localisation : Into the french capitale-euh !
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)   Mer 25 Aoû - 20:21

Sa nouvelle m'a pas mal attristé hier, j'ai bien déprimé. C'est dur. Neutral
Un géant de l'animation s'en est allé.Jusqu'au bout il est resté très digne.
RIP Satoshi KON. -_- ;((
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anorya.deviantart.com/
Lysander
Dragonchat pourpre.
Dragonchat pourpre.
avatar

Nombre de messages : 1621
Age : 101
Localisation : Surement dans une salle de ciné ou pas loin, et sur twitter aussi => http://twitter.com/dJpJl
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)   Lun 30 Aoû - 11:29

Voici la lettre qu'il a laisser avant de mourir

Crying or Very sad Crying or Very sad Sad

vu sur le site Catsuka a écrit:

Sayonara (Au revoir)

Comment oublier le 18 mai 2010. Un cardiologue du Musashino Red Cross Hospital m’a asséné cette sentence : "Vous en êtes aux derniers stades d’un cancer pancréatique. Plusieurs os sont métastasés. Il ne vous reste au maximum que six mois à vivre". C’était une fin si inattendue et insoutenable. Autrefois je pensais facilement “Il faut bien mourir un jour”. Mais là, c’était si soudain…

Il y eut plusieurs signes : 2 ou 3 mois auparavant j’avais eu des douleurs très fortes dans plusieurs endroits du dos et dans les articulations des jambes. J’avais du mal à marcher à cause de ma jambe droite qui avait perdu sa vigueur, j’ai été chez un acupuncteur et un chiropracteur, mais ça n’allait pas mieux. Et après avoir été examiné par diverses machines, est arrivé l’annonce soudaine de mon prochain départ.

Après cette annonce, ma femme et moi avons cherché des manières de prolonger ma vie. Nous avons reçus un grand soutien d’amis et d’alliés. J’ai rejeté le traitement anti-cancer habituel, et j’ai essayé de vivre avec une vision du monde légèrement différente de la norme. Je me suis toujours senti différent de la majorité des gens ; c’était la même chose pour les soins médicaux, comme pour tout le reste."Pourquoi ne pas essayer de continuer à vivre selon mes propres principes !" Pourtant, comme c’est le cas quand j’essaye de créer une œuvre, la volonté d’un seul ne fait pas tout le travail, et la maladie a continué à progresser chaque jour.

D’une autre côté, en tant que membre de la société, j’accepte au moins la moitié de ce qui est considéré généralement comme bénéfique. Je paye mes taxes. Je ne suis pas un citoyen intègre mais je fais partie intégrante de la société japonaise. Donc tout en essayant de prolonger ma vie selon mes règles, j’ai aussi essayé de faire le nécessaire pour “être prêt à mourir convenablement". Je ne pense pas l’avoir bien fait pourtant, mais avec deux amis de confiance j’ai monté une compagnie pour s’occuper des dérisoires droits d’auteurs que je possède. Je me suis aussi assuré que ma femme s’en sorte avec mes modestes actifs, en rédigeant un testament. Bien sur je ne pensais pas à une dispute sur mon héritage, mais je voulais m’assurer qu’elle ne s’inquiète de rien après mon départ, et ainsi effacer ma propre anxiété à ce sujet. Plus tard quand j’ai développé une pneumonie et que j’étais au seuil de la mort, en signant les documents pour le testament, j’ai pensé "Ah...Je peux mourir maintenant."

J’ai été emmené par ambulance au Musashino Red Cross Hospital les deux jours précédent ceci. Je devais être hospitalise et examiné, résultats: pneumonie, eau dans ma poitrine et la réponse du docteur a été très honnête, je lui en suis très reconnaissant : "il vous reste 1 ou 2 jours à vivre...même si vous survivez, vous n’avez sans doute plus qu’un mois."

En l’écoutant je me suis dit "on dirait qu’il me dit le temps qu’il va faire". C’était le 7 juillet, un Tanabata plutôt brutal…Alors j’ai tout de suite pris ma décision, je voulais mourir à la maison. J’ai pu sortir de l’hôpital, grâce aux efforts de ma femme, à la coopération de l’hôpital, et grâce à plusieurs coïncidences, si nombreuses qu’elles semblaient des cadeaux du ciel. Je n’ai jamais vu tant de coïncidences et d’évènements se succéder dans la vraie vie, j’avais du mal à y croire. On n’était pas dans Tokyo Godfathers après tout.

En attendant seul, tandis que ma femme réglait les détails de mon départ de l’hôpital, je me disais dans cette atmosphère pourtant déprimante "peut être que mourir n’est pas si dur."J’étais étonnamment calme et détendu. Et soudain une pensée m’a traversée "Je ne veux pas mourir ici..." tout en pensant cela, quelque chose est tombé du calendrier mural et a commencé à se déplacer à dans la pièce "Seigneur, une ligne s’échappant du calendrier, mes hallucinations ne sont vraiment pas originales."

J’ai souri en pensant que mes instincts professionnels continuaient à fonctionner même dans un tel moment, alors que je n’avais jamais été aussi proche du territoire de la mort. Avec l’aide de plusieurs personnes, je suis miraculeusement sorti du Musashino Red Cross Hospital pour revenir chez moi, enveloppé dans les draps de la mort et du lit.

J’ai été un peu surpris de ressentir cette sensation connue lorsqu’on approche la mort, de "voir votre corps être transporté dans la pièce, tout en étant placé au-dessus". Je regardais vers le bas mon corps et la scène entière depuis un endroit situé à plusieurs mètres au dessus du sol, à travers une lentille grand-angle et une lumière puissante. Donc, tout ce qu’il me restait à faire c’était d’attendre ma mort chez moi.

Mais il a semblé que je surmontais la pneumonie. "Je n’arrive pas à mourir ! (Rires)" J’ai repris des forces, et je suis certain du plus profond de mon cœur que c’est grâce aux gens qui m’ont aidé : ma femme, mes amis, le docteur et les infirmières et le personnel de soin.

Maintenant je ne pouvais perdre mon temps. Je me suis dit qu’on m’avait donné une vie en cadeau, et que je devais en profiter avec précaution ; alors j’ai pensé que je voulais effacer au moins une des irresponsabilités que j’avais laissés dans ce monde.

Pour être honnête je n’ai annoncé mon cancer qu’aux personnes les plus proches ; mes parents ne le savaient pas. Notamment du fait des différentes complications liées au travail, je n’ai rien pu dire aux gens même si j’en avais envie. Je voulais l’annoncer sur Internet mais si la mort de Satoshi avait été programmée, cela aurait pu avoir des répercussions, mêmes petites. C’est pourquoi j’ai agi de manière très irresponsable, égoïste et j’en suis désolé. A tous, merci pour tout ces souvenirs vraiment géniaux. J’ai aimé le monde dans lequel j’ai vécu.

Il y a tant de gens que je voulais voir avant de mourir, pour au moins leur dire un mot de remerciement. La famille, les vieux amis d’école, les gens rencontrés dans le monde du manga avec lesquels j’échangeais tant d’inspiration, les gens du monde de l’animation dont je m’asseyais près des bureaux, avec qui j’allais boire, avec qui j’étais en concurrence sur des travaux identiques, les amis avec qui j’ai partagé les bons et les mauvais moments. Le nombre de gens que j’ai rencontré grâce à ma position de réalisateur, mes fans japonais mais aussi du monde entier, les amis connus via le web.
Il me restait très peu de forces et cela me demandait beaucoup d’efforts de voir des gens. Plus on voulait me voir, plus c’était dur pour moi de les voir. Quelle ironie. De plus la partie inférieure de mon corps était paralysée à cause du cancer qui se propageait dans mes os, et je ne voulais pas que les gens me voient si maigre et je restais couché dans mon lit. Je voulais que les gens se souviennent d’un Satoshi plein de vie.

Les nombreuses personnes rencontrées dans ma vie, qu’elles soient positives ou négatives, ont participé à construire l’être humain que je suis, et j’en suis très reconnaissant. Même si mon destin est une mort précoce dans la quarantaine, je l’ai acceptée comme mon propre et unique destin. Il m’est arrivé tant de choses positives après tout.

Je regrette pourtant deux choses : concernant mes parents et concernant le fondateur de Madhouse, Maruyama, à qui je demande pardon. Je suis si reconnaissant et heureux d’avoir eu la chance de travailler avec cette personne.

Mon plus grand regret est le film "Dreaming Machine". Je m’inquiétais non seulement du film lui même mais aussi de l’équipe avec laquelle j’aurais pu travailler sur ce projet. Après tout, il était très possible que les storyboards créés par notre sang, notre sueur et nos larmes ne soient jamais vus. C’est pourquoi j’ai pris en main l’histoire originale, le script, les personnages, les lieux, les dessins, la musique… Chaque image. Bien sûr j’ai partagé certaines choses avec le directeur de l'animation, le directeur artistique et le reste de l’équipe, mais la plus grande partie du travail ne peut être comprise que par moi. Cependant dans mon état actuel j’ai de profonds remords pour mes insuffisances dans ces domaines. Je suis désolé pour toute l’équipe. Je suis “ce genre de type” et c’est pourquoi je suis capable de créer de l’animation étrange et un peu différente. C’est une excuse égoïste mais pardonnez moi.

Encore maintenant je continue à réfléchir sur la manière dont le travail peut continuer à se faire même après mon départ. J’ai parlé de "Dreaming Machine à Maruyama et il m’a assuré qu’il trouverait une solution. Même dans mes précédents films, j’ai été si irresponsable avec la production ou les budgets, mais Maruyama était toujours là en fin de compte. Rien n’a changé…

Sur mon lit de malade, il m’a fait ressentir que mes talents et compétences avaient une certaine valeur dans l’industrie de l’animation. "Je regrette de perdre ton talent. Si seulement tu pouvais nous le laisser”. S’il dit ceci, je peux finalement aller dans l’autre monde avec un peu de fierté quant à mes compétences. Je le remercie du fond de mon coeur de m’avoir donné l’opportunité de montrer au monde toutes ces choses que j’avais dans la tête, ces visions étranges, dans tous les détails.

Je voulais aller voir mes parents à Sapporo, où ils habitent, mais ma maladie a progressé si vite que je n’ai pu que les appeler au téléphone pour les prévenir de mon cancer et de ma mort prochaine. Mes parents ont suivis mes désirs égoïstes et sont venus me voir, et ma mère en me voyant s’est excusée de ne pas m’avoir donné un corps plus résistant ! Je les remercie tellement de m’avoir mis au monde, et de m’avoir appris à apprécier le bonheur, avant même d’être heureux.

C’est très irrespectueux de disparaître avant ses parents, mais dans les 10 dernières années j’ai pu faire ce que je voulais en tant que réalisateur de films d’animation, réaliser mes projets et avoir de bonnes critiques. Je regrette que mes films n’aient pas fait plus d’argent mais je pense qu’ils ont eu ce qu’ils méritaient. Pendant ces 10 dernières années précisément j’ai eu le sentiment d’avoir plus intensivement vécu que la plupart des gens.

Ma femme, enfin, pour qui je m’inquiète le plus, m’a soutenu jusqu’à la fin dans les épreuves physiques et émotionnelles. La raison qui m’a fait supporter ces jours difficiles, ce sont les mots qu’elle m’a dit après la mauvaise nouvelle du médecin : "Je serais à tes côtés jusqu’au bout." Tu es incroyable, encore plus maintenant qu’autrefois. Depuis notre mariage j’ai été tellement pris par mon travail que je n’ai passé que peu de temps à la maison. Quel dommage. Mais tu es resté à mes côtés, comprenant toujours que j’avais besoin de m’immerger dans mon travail, que je pouvais exprimer mon talent ainsi. Merci.

J’exprime une très grande gratitude au Docteur H, à sa femme et à l’infirmière K qui ont bien voulu s’occuper de moi à domicile à la fin, je les remercie pour leur patience, les soins prodigués contre la douleur physique du cancer, et pour rendre l’approche de la mort plus facile. J’ai été un patient difficile et arrogant mais vous m’avez traité en être humain.

Enfin je veux remercier deux amis pour leur coopération, leur aide et leur support moral après la nouvelle de ma maladie : T., un ami depuis le lycée et membre de KON'Stone Inc, et le producteur H. Il m’est difficile d’exprimer avec des mots ce que je vous dois. Je voudrais vous demander une dernière chose, pourriez vous aider ma femme à m’envoyer dans l’autre monde après ma mort ? Je pourrais faire ce voyage avec un esprit apaisé si vous pouviez l’aider.

A tous ceux qui sont restés à mes côtés tout au long de ce texte, merci. Avec un cœur rempli de gratitude pour tout ce qui est bon dans ce monde, je vais reposer mon stylo.

Maintenant excusez moi, je dois y aller.

Satoshi Kon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anorya
Effraie les filles since 1983.
Effraie les filles since 1983.
avatar

Nombre de messages : 9077
Age : 35
Localisation : Into the french capitale-euh !
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)   Lun 30 Aoû - 13:43

Aussi douloureux et digne que les dernières pages du journal de Tarkovski lui aussi décédé d'un cancer... Crying or Very sad
Et un malheur n'arrivant jamais seul, je viens d'apprendre le décès d'Alain Corneau... Shocked Neutral
Déprimant tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anorya.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Décès de Satoshi Kon (1963 - 2010)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès de l'acteur Corey Haim (Génération Perdue)
» Décès du réalisateur Satoshi Kon
» [SD][Build] Bangsters V1.5 [10.10.2010]
» Tarifs Panerai Juillet 2010
» Ldoll Festival à Lyon le 9 et 10 octobre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Images mouvementées :: Le Cinéma du forum !-
Sauter vers: